Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 

"Ca (ne) se discute (pas)" !

par : "Baudouin Labrique, psychothérapeute présent sur le plateau de l’émission."

Octobre 2007

 

 

À propos de l’émission "Ca se discute" de Jean-Luc Delarue, diffusée en différé le mardi 18 septembre à 20h50 sur AB3 et le mercredi 19 septembre à 22h30 sur France2 Thèmes abordés : les sectes, les gourous et notamment les thérapeutes (conventionnels et non conventionnels) qui se livrent à des dérives de type sectaire.

PRÉPARATION DE L’ÉMISSION

« JLD (Jean-Luc Delarue) m'a fait venir de Belgique pour intervenir comme expert. Je suis connu en effet pour mes écrits, notamment sur le Net, qui défendent la déontologie et l'éthique particulières relatives aux psychothérapeutes.

JLD s'était engagé à suivre un cadre et un contenu précis des interventions illustrant ces thèmes par le truchement d'une série de questions qui devaient m'être posées et se suivre sans interruption, dès mon entrée sur le plateau. Sa collaboratrice, que j'avais eue plusieurs fois au téléphone durant les deux mois précédents, n'a eu de cesse de m'affirmer que cela ne serait pas un piège : France 2 (sic) et JLD (resic) prétendument présentés comme des défenseurs des thérapies non conventionnelles et d'autres propos fallacieux du même acabit.

"Quelques jours avant l'émission, au hasard d'une recherche sur Internet, j'ai appris que l'émission se déroulerait en différé, et non en direct, contrairement à ce qui m'avait été garanti. L'émission enregistrée le 5 septembre sera d'ailleurs diffusée en différé le mardi 18 septembre sur la chaîne privée belge AB3 et le mercredi 19 septembre sur la chaîne France 2. Ce changement important dans les conditions de tournage de l'émission m'a grandement interpellé : je craignais que l'on ne déforme ses propos par l'entremise des coupures opérées habituellement en pareilles circonstances ; j'ai considéré qu'une amputation de mon discours, même vierge de toute intention malveillante, pouvait malencontreusement générer une interprétation erronée de ce que j'entendais dire aux téléspectateurs. Ainsi, par mesure de précaution, j'ai fait l'acquisition d'un mini-enregistreur digital deux jours avant le 5 septembre 2007 ; le jour du tournage, je suis venu avec ce magnétophone que j'ai déclenché dès son arrivée dans la salle d'attente des invités, ce qui m'a permis d'enregistrer les coulisses de l'émission ainsi que l'émission elle-même"

LE DÉROULEMENT DE L’ÉMISSION

« Comme il fallait s'y attendre et sans le moindre préavis, JLD n'a pas du tout respecté ce qui avait été convenu et les sujets sur lesquels je devais intervenir n'ont donc pratiquement pas pu être abordés : quelques questions posées ici et là au gré des interventions de témoins dans le public et lancées d'une manière tendancieuse pour tenter de me déstabiliser.

Exemples : au cours de l'intervention d'une dame qui faisait part du fait qu'il y avait des psychothérapeutes qui n'avaient pas de diplômes, JLD s'adresse directement à moi "Et vous M. Labrique, avez-vous des diplômes ?". Une autre question posée dans des conditions analogues, suite au nom de Hamer lancé par un témoin : "Et vous M. Labrique êtes-vous un adepte de Hamer ?"

Lors de la diffusion de cet enregistrement, on pourra dès lors se rendre compte que cette émission s'est entachée d'une révoltante diabolisation caricaturale des thérapeutes non conventionnels et que JDL a essayé à maintes reprises de me mettre mal à l'aise ce qui m'a forcé à contrer plusieurs insinuations déplacées.

D'ailleurs, ce qui avait été convenu était que les trois experts sur les cinq (au moins) prévus (deux Belges sur trois, courage, fuyons !...) devaient rentrer ensemble sur le plateau et participer à un débat, chacun ayant été soigneusement présenté avant. JLD a d'abord fait rentrer, et interviewé longuement, Catherine Katz (Secrétaire Générale de la MIVILUDES) qui a eu champ libre, sans contradiction possible, pour kasser pardon, casser du sucre sur le dos des thérapeutes ! Le ton était donné et le piège bien en vue !

Initialement et ce qui m'avait été répété au moins trois fois par la collaboratrice (sur 1 mois et demi), j'avais été (pourtant) chargé expressément d'expliquer d'abord en quoi ma guérison spectaculaire de plusieurs maladies réputées incurables (j'écris un livre sur le sujet) m'avait conduit à me former en psychothérapie, pour ensuite exercer ce métier.

J'avais été chargé d'expliquer ensuite en quoi la psychobiologie moderne (interactions scientifiquement démontrées du psychisme sur le corps) se met au service de la santé et constitue une nouvelle manière économique et efficace d'aider à guérir un nombre très important de maladies. Je devais également expliquer en quoi l'efficacité des psychothérapies est telle que bon nombre de psychiatres, psychologues et médecins adhèrent de plus en plus à elles en y recourant eux-mêmes dans leur pratique, même s'ils n'en ont pas toujours dans tous les cas le savoir être et le savoir-faire, se livrant aussi alors à des pratiques de nature "sauvages" et apparentées à des pratiques de nature sectaires. Selon des statistiques dignes de foi, les psychothérapeutes font économiser près de 3 milliards d'Euros par an à la Sécurité sociale française.

Je devais ainsi expliquer comment des psychothérapeutes arrivent à exercer leur métier d'une manière efficace dans le domaine de la santé physique et mentale, dans le respect de la loi, en se dotant de cadres déontologique et éthique les plus élevés possible, alors que d'autres, travaillant sans bases suffisantes, se livrent à de regrettables dérives. Mon site Internet Retrouver son Nord y est consacré pour une large part.

JLD ne s'est donc pas mis au-dessus de la mêlée comme son rôle d'animateur et d'arbitre l'aurait pourtant exigé ; pire encore, alors que, suivant la nouvelle formule déclarée de l'émission, un débat devait se faire entre les experts appelés, dans lesquels je me suis retrouvé, la plupart du temps, empêché d'intervenir et de répondre d'une manière suffisante aux rares questions qui m'étaient posées.

De surcroît, je me suis trop souvent vu coupé irrespectueusement et impoliment. Ne supportant plus cette situation et exprimant que je constatais me retrouver dans un traquenard visant à me discréditer d'une manière inadmissible et partiale, j'ai quitté le plateau sous les applaudissements nourris et approbateurs de l'assistance. Entrant sur le plateau peu après mon départ, la troisième personne appelée comme expert et qui est professeur à l'Université Libre de Bruxelles (Madame Anne Morelli), craignant de subir le même sort, a même lancé à JLD "J'espère que vous serez plus poli avec moi que vous ne l'avez été avec ce monsieur !".

Cependant, ce qui précède risque de ne pas apparaître comme tel et d'une manière complète lors de la diffusion à cause des coupes susceptibles d'être réalisées dans le montage final, ce qui risque alors de dénaturer les propos que j'ai réellement tenus.

Je ne regrette pas du tout ma participation malgré les avis presque unanimes qui me dissuadaient d'y participer, vu les risques effectivement encourus. En effet, je pense que ne pas participer donne alors tout le champ libre aux esprits asservis à la pensée unique et ringarde. Je veux, en effet, résolument et à mon corps défendant ne pas me ranger du côté de ceux qui se contentent de "regarder et laisser faire" (Einstein " Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire" ). »

LA RETRANSMISSION EN DIFFÉRÉ

Comme je le pressentais, il y a eu des coupures au point d'avoir amputé ma prestation d'environ 50 %.

Exemple : lorsque je parle de Hamer, des bases scientifiques de la psychothérapie telle que je la pratique (notamment travaux scientifiquement reconnus).

On me voit tout d'un coup en train de quitter le plateau sans avoir laissé tout ce qui précède (mes motivations à le faire : non respect par JLD du contrat) :

- questions précises à poser et qui devaient se suivre dans un ordre précis le tout lors de mon arrivée sur le plateau

- j'étais venu à la demande de JMD pour expliquer (ce qui suit correspond chaque fois à une question qui devait m'être posée par JLD) :

en quoi j'avais personnellement guéri de maladies incurables (ostéoporose et perte osseuse sous les dents de la mâchoire) ce qui m'a conduit à vouloir comprendre et découvrir en fait que c'était le "psychisme qui est le maître du jeu" (confirmé par les découvertes récentes de la Physique Quantique). Au travers d'une série de formations à Paris en psychobiologie (début années 1990) suite à ces formations, j'ai voulu transmettre mon savoir et savoir-faire en devenant psychothérapeute pou aider les gens à se guérir. Les approches utilisées se basent sur des découvertes scientifiques (Laborit, Selye, Hamer, …) et je devais montrer pourquoi je ne prescris aucun traitement ni ne pratique l'exercice illégal de la médecine enfin, expliquer en quoi et pourquoi certains thérapeutes se livrent à des dérives assimilables à des pratiques sectaires.»

BAUDOUIN LABRIQUE http://www.retrouversonnord.be

----------------------------------------------------------------------------

Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction