Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 

Charlatans de tous poils, remerciez les anti-"secte" !

Par Héséggipe

Novembre 2007

 

 

Charlatans de tous poils, remerciez les anti-"sectes" !

Que ce soit les organismes officiels ("Miviludes",, les associations privées, Unadfi,CCMM, les antisectes sont indirectement le meilleur soutien aux charlatans et escrocs qui profitent de la crédulité publique. Grâce à leurs campagnes de dénigrement systématique de toute approche spirituelle, philosophique ou thérapeutique différente, ils permettent en effet aux véritables malfaiteurs de proliférer.

Pourquoi ?

Parce que, parmi toutes ces approches nouvelles ou différentes, la grande majorité fait énormément de bien aux gens, les soignent en complément de la médecine académique et souvent même atténuent ou réparent les effets nocifs de cette médecine.

Les gens ne sont pas dupes. C’est pourquoi, malgré la propagande anti-"secte" répandue à longueur de colonnes et d’émissions (comme celle du récent Droit de savoir sur TF1), ils recourent en masse à ces approches stigmatisées, alors même qu’ils en sont découragés officiellement et qu'ils ne sont même pas remboursés par la Sécurité sociale ! Plus de la moitié des Français font appel à ce qu’on appelle les médecines douces. Ce qui prouve bien le gain effectif qu’ils en retirent. Et que nulle politique discriminatoire ne réussira à abolir.

En amalgamant toutes ces approches à des entreprises "sectaires" et d’exploitation financière, les anti-"sectes" se condamnent à échouer dans leur entreprise. Ils feraient mieux de reconnaître (ou au moins d'étudier) la validité de ces démarches, de discuter avec ces groupes et mouvements et de les associer en complément des approches traditionnelles.

Mais les anti-"sectes" ont toujours fait preuve d’orgueil (« Jamais nous ne reconnaîtrons que nous avons pu nous tromper en attaquant tous les mouvements différents ») et d'aveuglement (« Refusons toute discussion et diabolisons-les tous, ça les fera disparaître ! »).

Cela les conduit nécessairement à une impasse : l’essor des médecines douces et des pratiques “différentes” est inéluctable parce qu’elles font du bien et qu’un nombre croissant de gens y recourent. En les diabolisant toutes, les anti-"sectes" se condamnent à prêcher dans le désert : jamais aucun gouvernement ne violera les libertés fondamentales en interdisant tous ces mouvements.

Ce qui, dans la pratique, laisse le champ libre à tous les véritables charlatans et aux exploiteurs de la naïveté qui se cachent parmi les sincères et honnêtes réformateurs spirituels et thérapeutiques. En effet malgré trois commissions d’enquête parlementaires sur le sujet des "sectes", malgré la pression médiatique, administrative, ordinale et associative contre ces mouvements, les antisectes avancent un piètre bilan : les "sectes" sont toujours là.

Quand on aura compris à quel point est néfaste le "sectarisme" de la politique actuelle contre les mouvements minoritaires, on aura fait un grand pas. Mais on ne voit guère encore comment cette prise de conscience s’effectuera. Les charlatans ont encore de beaux jours devant eux…

----------------------------------------------------------------------------

Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction