Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 

1905-2005 - L'heure de la maturité
par Christian Decoeur

 


Cette année, nous avons fêté les 100 ans de la loi 1905 de séparation de l'Eglise et de l'Etat, discrètement - une majorité ne souhaitant pas rouvrir " la boîte de Pandore " -. Sauf que le couvercle se soulève singulièrement depuis quelques années.

Un compromis après 100 ans de guerre

La guerre des deux Frances, entre 1789 et 1905, a été un tel traumatisme que bien des faits ont été refoulés dans l'inconscient, et que seuls circulent des clichés fort erronés sur le fameux sujet de la laïcité. Contrairement à ce qui est représenté habituellement, il s'agit bien au début du XXè siècle de supprimer l'emprise de l'Etat sur les Eglises, et non l'inverse.

On oublie en effet que, avant 1905, la République Française est une curiosité institutionnelle qui a confisqué les lieux de culte (près de 20 000 édifices !) et tenté de transformer l'Eglise Catholique française en une sorte de " religion d'Etat " où les ministres du Culte sont payés par la nation. Les évêques sont nommés par l'Etat et ne peuvent sortir des frontières qu'avec une autorisation du gouvernement - une sorte de " pays de l'Est " avant l'heure. En 1904, le président du Conseil Emile Combes, dans son discours d'Auxerre devenu célèbre, confirme que l'intention de la Troisième République a été, depuis 1871, de parachever l'œuvre de la Révolution et se vante d'avoir fait fermer près de 10 000 établissements d'enseignement tenus par des religieux, en deux ans ; il promet de finir le travail d'ici un an.

" Oui, Messieurs, dans ce beau pays de France, où la liberté, paraît-il, n'est plus qu'un souvenir de temps lointains, sous cette République, qui n'a pas d'égale au monde pour l'intolérance, au dire de la société bien pensante, un siècle seulement après la Révolution française, qui avait aboli les ordres monastiques, 1371 congrégations religieuses d'hommes, de femmes, autant ou plus que l'ancien régime n'en avait connu, s'étaient librement et grassement constituées... A l'heure actuelle, sur 16 904 établissements d'enseignement congréganiste, 13 904, près de 14 000, ont été fermés. Nous nous proposons d'utiliser les crédits inscrits au budget de 1905 pour prononcer 500 fermetures nouvelles sur 3 000 établissements qui restent à supprimer. "

Pour les anti-cléricaux, il s'agit de mener une guerre totale, préventive, contre les congrégations religieuses et leurs établissements d'enseignement, avec l'aide de l'armée s'il le faut, dans une véritable tentative pour instaurer un monopole de l'éducation. Des militaires seront même exclus de l'armée pour avoir refusé de participer aux raids visant à vider les couvents de leurs occupants. Près de 30 000 religieux vont s'exiler, refusant de quitter les ordres. Ils contribueront à donner une mauvaise réputation à la politique française ouvertement anti-cléricale. Haut de page

La loi de 1905 qui établit la séparation des Eglises et de l'Etat marque alors un armistice entre " les deux Frances ", trêve relative certes, mais c'est un texte très en retrait sur un premier projet très dur pour les Eglises qui s'impose finalement. Que s'est-il passé ?

Un revirement spectaculaire en 1905

Les motivations de ce revirement sont en fait assez diverses. D'un côté, avec une diminution de la pratique religieuse et un ancrage républicain, on est arrivé à un équilibre entre l'élan vers la liberté de conscience religieuse, et le désir d'émancipation des libres penseurs. Ce sont curieusement parmi ceux-ci que l'on trouve des personnalités qui insistent pour que le principe même de la libre pensée soit respecté dans cette affaire, même à l'égard de l'Eglise Catholique (le fameux " Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses "). Clémenceau par exemple prononce en 1903 un discours célèbre contre " l'Etat-Dieu ", " l'Etat Congrégation " qu'il rejette en tant que libre penseur.

" pour éviter la congrégation, nous faisons de la France une immense congrégation (...). Nous chassons Dieu, comme disent ces messieurs de la droite, vive l'Etat-Dieu ! " Et il affirmait : " Parce que je suis l'ennemi du roi, de l'empereur et du pape, je suis l'ennemi de l'Etat omnipotent, souverain, maître de l'humanité. "

Les motivations politiques et électorales ne sont pas absentes, et l'on commence à avancer que, à trop crier à " La République en danger ", on a pris des mesures qui sont de véritables bombes à retardement et constituent un plus grand danger encore de représailles populaires.

On cherche donc à résoudre ce casse-tête selon lequel, en 1904, le " Pays des Droits de l'Homme " est tout sauf laïc. De façon inattendue, les socialistes Briand et Jaurès, deux artisans majeurs de la loi définitive, se tournent vers l'Amérique du Nord, et singulièrement vers ... les Etats-Unis pour s'inspirer de modèles de pays laïques, faisant remarquer que coexistent de façon légitime plusieurs modèles de laïcité dans le monde. La " laïcité à la française, modèle universel ", est donc une invention abstraite tout à fait récente, création de quelques militants. En fait, on aboutira à un régime semi-laïque, portant quelques stigmates des excès révolutionnaires, stigmates qui seront gommés petit à petit par la suite.

Cependant, cette séparation aura une contrepartie. S'il est bien question d'annuler ce mariage contre nature, source de " disputes conjugales " et d'une rébellion larvée permanente de la part de l'Eglise Catholique, si l'Etat doit desserrer son emprise sur les religions dans leurs activités cultuelles, on donne des gages à la libre-pensée, cette autre maîtresse exigeante à l'égard de sui l'Etat doit prendre dorénavant ses distances.

Dans ce contexte " d'apaisement ", la loi de 1905 présente alors de forts compromis face aux grands principes théoriques de la laïcité, car on conserve quelques pans de l'ancienne confusion entre Etat et religion, qui concernent par exemple la propriété des lieux de culte et la rémunération du clergé par l'Etat. Haut de page

En Avril, Jaurès affirme : " Je ne méconnais pas que des millions de citoyens (...) sont attachés à la religion traditionnelle et au culte traditionnel " et qu'il y aurait " injustice et violence si nous adoptions une seule disposition qui fit réellement obstacle à la liberté de conscience et à la liberté de culte ".

Ce qui est clair, c'est que cette loi se veut équilibrée, donnant des assurances aux deux camps qui revendiquent la liberté de conscience (religieux et libres penseurs), et vise à arrêter aussi bien les excès des " laïques intégraux " - comme les appelle Jean Baubérot -, que les excès d'influence religieuse

.Pour faire bonne mesure, le Bureau des cultes est transféré du Ministère de la Culture au ministère de l'Intérieur, ce qui illustre le fait que l'Etat Français considère plus que jamais le domaine des croyances comme une affaire de police, l'une des " spécificités françaises ", situation exceptionnelle dans le monde dit libre.

La politique gouvernementale dans le contexte actuel

Comme le rappelait le ministre de l'Intérieur dans une circulaire de juillet 2004 concernant le respect de la laïcité, " le contexte contemporain des croyances et pratiques religieuses est très différent de celui du début du XXè siècle. " En effet, si la pratique des religions occidentales traditionnelles et leur influence a fortement décru, si d'autres religions traditionnelles comme l'Islam, le Bouddhisme et l'Hindouisme ont fait leur entrée en force par le biais des flux migratoires, on constate un déplacement important du concept même de croyance et de pratiques pour englober des activités qui s'éloignent fortement des schémas traditionnels. Cette circulaire, censée (ré-)éduquer les fonctionnaires, était annonciatrice d'un retour à la stricte légalité

Ainsi, c'est carrément dans les pratiques de santé, dans le rapport au monde et à l'univers, dans l'écologie et de nouveaux modes de consommation, de relations, dans de nouvelles explorations spirituelles, en groupes structurés ou d'une façon plus diffuse, que nous assistons à une explosion des croyances produisant une véritable mutation de notre culture, tout spécialement dans les couches éduquées. On ne peut faire face à cette vague de remise en question des représentations du monde par de simples mesures de police et de contrôle préfectoral ! A trop crier au danger, à trop prendre de mesures répressives, c'est à un véritable effet boomerang que le pouvoir et les lobbies en place s'exposeraient, voyant leur discours progressivement discrédité en bloc, à moins qu'ils ne s'émancipent rapidement de quelques poncifs trop simplistes.

Une description achevée de cette nouvelle politique générale est contenue dans un discours édifiant émanant du secrétaire général de la MIVILUDES, M. Gilles BOTTINE, devant l'Ecole Nationale de la Magistrature (Octobre 2005). Dans ce discours qui rappelle dès son introduction qu'on ne peut transiger sur le respect du droit et des libertés constitutionnelles, s'appuyant sur les textes fondamentaux de la République, quelques vérités incontournables sont énoncées :

- L'emploi du mot " secte " est " indiscutablement discriminant ".

- Dans un contexte de diversification spirituelle et philosophique, il est important de distinguer non conformisme et dangerosité. Haut de page

- L'action des pouvoirs publics doit concilier deux exigences :

La lutte contre les agissements de certains groupes

Le respect des libertés publiques et du principe de laïcité- Depuis 1905, si la République ne reconnaît aucun culte, elle en garantit le libre exercice.

- " L'appartenance à une minorité de conviction ne saurait être regardée, d'un point de vue juridique, comme une dérive sectaire. Cela mérite d'être rappelé. "

Les situations d'entrisme sectaire rapportées à la MIVILUDES ne sont la plupart du temps que des situations d'appartenance à une minorité de convictions de personnes dont la pratique professionnelle se révèle conforme à ce qu'elle devrait être. "

En somme, une conception de la laïcité qui marque un retour à la légalité, et une fin de partie pour " l’obsession anti-secte ".

Voir le texte complet à www.coordiap.com/Document/Miviludes_ENM_141005.pdf

Ceux qui contestent le statu quo

En face de ce qui semblait être la politique gouvernementale, du moins jusqu'en Octobre 2005 (1), nous trouvons deux positions plus marquées.

Celle des historiens spécialistes de la laïcité, tels Jean Baubérot, qui œuvre pour en finir avec la " laicité à la française ", cette sorte de " National-universalisme " comme il le nomme. Avec deux collègues canadiens et mexicains, il a lancé une grande Déclaration Internationale sur la Laïcité au XXIè siècle dans laquelle il fait la promotion d'une certaine idée de la laïcité, critique, émancipée des particularismes nationaux et de la fameuse prétendue " exception française ".

Cette déclaration préconise en particulier le respect par l'Etat de la diversité et l'intégration de tous les citoyens à la sphère publique, affirmant que tous les êtres humains ont droit au respect de leur liberté de conscience et de sa pratique individuelle et collective. Ce respect implique la liberté d'adhérer à une religion ou à des convictions philosophiques (y compris l'athéisme et l'agnosticisme), la reconnaissance de l'autonomie de la conscience individuelle, de la liberté des êtres humains des deux sexes et leur libre choix en matière de religion et de conviction. Il implique également le respect par l'Etat, dans les limites d'un ordre public démocratique et du respect des droits fondamentaux, de l'autonomie des religions et des convictions philosophiques.

Cette pétition signée par de nombreux universitaires fut présentée à l'Assemblée Nationale le 9 décembre 2005, date anniversaire de la loi 1905. Haut de page

A l'opposé, nous avons les quelques milliers de manifestants, 500 francs-maçons en tête, qui défilèrent à Paris le 10 décembre, pour un " retour à la laïcité ", et contre les " lois anti-laïques " d'une dizaine de ministres récents de droite comme de gauche. Ceux-là promeuvent une version plus ou moins marxisante de la laïcité qu'ils estiment indissociable de la lutte des classes, de l'athéisme militant et de la nation, si possible française, indivisible, une, nationalisante et semi-totalitaire. Une certaine nationalisation de la pensée et de la science ne serait pas pour leur déplaire. En langage hybride trotskiste / Franc-maçon, on appelle ça " la liberté de conscience absolue " (sic !).

Il y a là incohérence totale, puisqu'ils veulent inféoder l'idée de laïcité à un courant de pensée ultra-minoritaire, ce qui l’annule de fait.

Et puis, nous avons les anti-sectes qui évitent religieusement le mot de laïcité, dont la définition remet en cause intrinsèquement leurs activités.

Des solutions pour sortir de l'impasse

Alors que certains font beaucoup d'efforts, que ce soit au sein de commissions parlementaires, en allant prêcher la bonne parole chez les députés Belges, en agitant le chiffon rouge dans les congrès politiques, en organisant des pogroms médiatiques dans les rues de Paris, pour essayer de rallumer une guerre inutile, (et désastreuse sur le plan diplomatique), nous proposons de prendre acte d'un certaine maturité dans le débat. Ainsi, prenant appui par exemple sur le rapport de la Commission Stasi de 2003, trop vite résumée à une loi sur le voile, dans laquelle les grands principes de la laïcité (qui n'est pas que française ! !) ont été rappelés, il semble que " le principe de l'accommodement raisonnable ", en vogue chez nos amis canadiens soit la solution d'avenir, en revenant aux principes de 1905 remis à jour.

En France, on aime les monuments. La loi de 1905 fait partie du patrimoine - bien qu'elle ait été modifiée 9 fois depuis son adoption - , soit ! Mais de nouveaux textes peuvent être publiés pour mettre en musique et articuler les droits à la liberté de conscience en tenant compte des évolutions de pratiques contemporaines.

Et pourquoi pas, créons un grand Bureau des Cultes et des Pratiques, sous le Ministère de la Culture, qui étudiera avec compétence et dans un esprit pluraliste les questions nouvelles, dans le respect de la laïcité, prenant appui sur des juristes, chercheurs, historiens, philosophes, libres penseurs authentiques, pourquoi pas, se rappelant toujours que les lois sont faites pour le bonheur des citoyens, et non l'inverse.

Conclusion Haut de page

La plupart des sociologues et historiens s'accordent à dire que l'Etat français a voulu incarner à lui tout seul la vérité médicale - en déléguant celle-ci à une association privée -, il a également voulu souvent imposer une vérité scientifique officielle - quand les théories et hypothèses fusent à tous les niveaux, et il a mis en place des mécanismes de surveillance et de contrôle des croyances, relayé par des associations zélées.

Le risque pour lui est d'affaiblir son autorité et " l'ex-culturer " comme disent certains sociologues - c'est à dire qu'il va se retrouver en dehors de la culture majoritaire et que son discours sera de plus en plus suspecté s'il ne se dégage de quelques visions du monde qui n'ont plus le vent en poupe.

Aujourd'hui, nous sommes les témoins de l'éclosion de milliers de " chapelles ", laboratoires et regroupements autour de visions du monde en pleine évolution. Celles-ci peuvent tout à fait s'articuler autour des Droits humains fondamentaux et des valeurs de responsabilité. Les principes de liberté de conscience et d'absence de contrainte - dans un sens ou dans l'autre - sont toujours valables, mais il nécessitent manifestement une véritable révolution culturelle pour prendre en compte les nouvelles réalités sociologiques et philosophiques.

Un grand chantier nous attend, sachons faire des propositions constructives, compatibles avec les grands principes démocratiques.

Christian Decoeur

(1) Date de l'arrivée de Jean Michel Roulet à la tête de la MIVILUDES, un ancien de l'IHESI (Institut des Hautes Etudes pour la Sécurité Intérieure), un organisme qui semble avoir hérité de quelques uns des fantasmes de la CIA des années 70, période noire des expériences de contrôle mental dans un contexte de guerre froide en Europe et en Amérique Latine.
Cet organisme fut fortement impliqué en 95 dans la constitution de la Liste Noire et dans toute la stratégie qui en a découlé. M. Roulet était membre de l'IHESI à ce moment-là. Cette nomination n'est pas forcément gratuite.

Haut de page

Sommaire

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction