Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
La chasse aux sectes, une France bien malade.
Septembre 2006
 


Non les brav's gens n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux » chantait Georges Brassens.

Pourquoi donc la chasse aux sectes? Et plus particulièrement en France? Quel est le particularisme bien français qui amène notre pays à faire preuve d'intolérance à l'égard de ses minorités de conviction, seulement coupables de ne pas suivre la même route qu'eux, les gardiens de la Pensée Unique.

Emmanuel Terray est anthropologue et directeur d'études à l'EHESS. Il a repris le concept de l'hystérie politique introduit par l’historien hongrois Istvan Bibo. Voici ce qu'il en dit:

« Qu’est-ce que l’hystérie politique ? Soit une communauté confrontée à une situation ou à un problème difficiles, qui mettent profondément en cause, sinon son existence, au moins sa manière d’être et la représentation qu’elle se donne d’elle-même. Si elle ne trouve pas en son propre sein l’énergie et les moyens nécessaires pour transformer cette situation ou résoudre ce problème, si en conséquence elle se sent à la fois menacée et impuissante, elle peut être tentée par une sorte de conduite de fuite; de la situation réelle qui la met à l’épreuve, elle va se fabriquer une image déformée et fantasmatique; au problème réel dont elle ne vient pas à bout, elle va substituer un problème fictif, imaginaire, construit de telle sorte qu’il puisse être traité avec les seules ressources du discours et par le seul maniement des symboles. Comme il est toujours possible de parler et de jouer sur les symboles, la communauté peut ainsi se donner à bon compte le sentiment qu’elle a vaincu la difficulté, et recommencer à vivre comme avant. »

Et Emmanuel Terray ajoute : « Bien entendu, dans tous les cas évoqués, l’effet de la conduite hystérique n’est pas de dissiper le danger qui presse ou de résoudre le problème posé ; bien au contraire, elle représente vis-à-vis d’eux une sorte d’aveu d’impuissance. Mais elle permet au sujet individuel ou collectif de gagner du temps, de déguiser le danger ou le problème, de les mettre en quelque sorte à distance et ainsi de vivre avec eux, aussi longtemps du moins qu’ils demeurent chroniques et ne connaissent pas d’aggravation brutale. »

La nature du problème fictif mis en place pour masquer le problème bien réel mais insoluble n'est cependant pas le simple fait du hasard. Celle-ci obéit à des règles. Voici ce qu'en dit Emmanuel Terray: « Pour être un substitut crédible, le nouveau problème doit remplir plusieurs conditions. Tout d’abord, il doit entretenir un rapport manifeste avec les problèmes qu’il est appelé à remplacer ; de telle sorte qu’en parlant de lui, on aura le sentiment de parler d’eux, sans pourtant les prendre explicitement pour objet. » Ainsi donc le concept de l'hystérie politique pourrait se résumer de la manière suivante: au départ un véritable problème que la société est impuissante à résoudre; pour le masquer et se donner l'illusion d'agir, la société invente un problème fictif; celui-ci reprend les ingrédients de base du problème initial, il en est une image symbolique et déformée.

Il faut noter que l'hystérie politique ainsi décrite rappelle fortement un autre concept, millénaire celui-ci, et universellement connu, celui du « Bouc émissaire ». Ce terme correspond à l'origine à un rite expiatoire annuel (Yom Kippour) des Hébeux longuement décrit dans le seizième chapitre du Lévitique. Le Grand Prêtre prenait deux boucs puis les tirait au sort. L'un était directement sacrifié à Dieu, tandis que l'autre était envoyé dans le désert. C'est ce deuxième bouc qui est appelé bouc émissaire. Le rôle exact du bouc émissaire est clairement décrit dans le texte biblique : « Aaron lui posera les deux mains sur la tête et confessera à sa charge toutes les fautes des Israélites, toutes leurs transgressions et tous leurs péchés. Après en avoir ainsi chargé la tête du bouc, il l'enverra au désert sous la conduite d'un homme qui se tiendra prêt, et le bouc emportera sur lui toutes leurs fautes en un lieu aride. » (Lévitique XVI:21-22)

Il existe un parallélisme saisissant entre les deux concepts, au point de pouvoir éventuellement les confondre en une seule notion. Mais il existe également une différence fondamentale entre les deux: l'hystérie politique est d'abord un phénomêne inconscient perpétré à l'insu même de ses propagandistes; par contre le recours à un Bouc Emissaire, au moins dans sa version initiale telle que décrite par le Lévitique et pratiquée par les Hébreux, est un rituel conscient de purification. Inconscience d'un côté, conscience de l'autre; il y a donc lieu d'en attendre des conséquences différentes. Mais voilà bien un sujet passionnant pour des chercheurs en sciences humaines.

Parmi les exemples récents d'hystérie politique, Emmanuel Terray a longuement développé le cas du voile islamique. Selon lui, la France aurait inventé ce problème fictif pour masquer la non-intégration des immigrés et les discriminations vis à vis des femmes. Il en est résulté une loi sur les insignes religieux qui a généré de nombreux dommages collatéraux, turbans des Sikhs et désapprobation de nombreux pays, mais surtout n'a réglé aucun problème réel.

Citons également l'antisémitisme virulent qui a sévi dans l'Allemagne nazi principalement, mais ailleurs également. Conséquences dramatiques, la Shoah, des millions de morts. L'hystérie politique n'est pas un phénomêne anodin. Elle laisse les véritables problèmes irrésolus, elle est source d'injustices à l'encontre d'innocents, et source de drames humains atroces.

Considérons maintenant une autre manifestation d'hystérie politique et qui nous concerne au premier chef, nous les minorités de conviction. Il s'agit bien entendu de cette chasse aux sorcières qui sévit depuis des décennies en France. Problème fictif s'il en est, pour masquer quels problèmes bien réels? Parce que si des dérives sectaires existent en France, et il en existe, elles sont rarement le fait des supposées sectes. Mais quels sont les problèmes bien réels que cette chasse aux sorcières tente de masquer? Selon Emmanuel Terray, le problème fictif créé de toutes pièces comporte les ingrédients des problèmes réels à masquer. Ceux-ci devraient donc être en relation avec l'intolérance, la prétention à tout savoir, le refus de la modernité, la manipulation mentale, toutes caractéristiques attribuées aux supposées sectes. Regardons dans quelle mesure le comportement courant des français et de l'Etat français correspond à ces critères. Pour ce faire, deux sites nous ont servi de support: celui de l'Assemblée Nationale française tout d'abord; ensuite la revue en ligne www.diploweb.com/ dirigée par Pierre Verluise, directeur du « Centre géopolitique – Geopolitics Center ». Cette revue a réalisé une étude très fouillée quant à la place de la France dans le monde. Cette étude est accessible à l'adresse http://www.diploweb.com/france/introgene.htm et fourmille d'informations pertinentes.

Ces deux sites arrivent à la même conclusion: le défaut majeur reproché aux français par les autres populations du monde est .... l'arrogance.

Rien d'étonnant en somme: le chauvinisme français est universellement célèbre et le coq est l'animal symbole de la France.

« Arrogance » signifie orgueil, suffissance, certitude d'avoir seul raison. Parenté évidente avec un autre mot souvent utilisé, « sectaire », dont le sens premier signifie intolérance, vérité unique.

A comparer avec ce que dit l'UNADFI, association antisecte, pour décrire un groupe sectaire selon elle: « le groupe développe une idéologie alternative radicale, exclusive et intolérante. Sa structure est autoritaire et autocratique,... Il revendique une référence exclusive à sa propre interprétation du monde, ... » Une belle définition de l'arrogance. Rien d'étonnant alors que pour se protéger de cette réputation d'arrogance, certains en soient venus à fabriquer de toutes pièces un soi-disant danger sectaire.

Regardons ce que disent les deux sites cités plus hauts.

Le site de l'Assemblée Nationale qui a misen ligne le rapport 1594 déposé par la délégation pour l'Union Européenne sur la présence et l'influence de la France dans les institutions européennes, nous dit ceci: « L'image de la France est souvent mise à mal. L'arrogance française est une réputation qui nous colle à la peau, à tort ou à raison. »

Le site diploweb.com n'est pas en reste. Ainsi: L’ambassadeur Philippe Husson en convient : " Les Français sont réputés arrogants, contents d’eux et se contemplant volontiers le nombril en pensant qu’ils sont les meilleurs parce qu’ils se supposent les plus astucieux "... Un diplomate français ayant récemment passé plusieurs années en poste auprès de l’Union européenne fait ainsi part de ses observations. " A ma grande consternation, je dois bien admettre que l’arrogance des Français se manifeste à chaque instant de la vie et des négociations communautaires".

Et il conclut ainsi son étude: «Pour finir, nous gagnerions à être moins arrogants. »Si donc l'arrogance est le défaut majeur reproché aux français, il n'est bien sûr pas le seul qui ait été mis en évidence, preuves à l'appui, par Pierre Verluise. Citons: la fuite des cerveaux parce que ceux-ci trouvent des meilleures conditions de travail et de meilleurs débouchés à l'étranger; la difficulté à travailler en groupes, et rétention des informations parce que celles-ci sont perçues comme source de pouvoir; un système de castes, ainsi c'est l'origine sociale qui détermine les carrières, et non la valeur des individus; l'influence des réseaux de pouvoir, d'où un gouvernement otage des groupes de pression; une vision passéiste; la confusion entre les pouvoirs exécutif, judiciaire, législatif et le conseil constitutionnel, d'où un manque criant de contre-pouvoirs à l'intérieur du pays.Et à cette liste déjà longue des travers bien français, rajoutons le non respect des lois par de nombreux responsables politiques. Voici un extrait significatif: « le juge d'instruction Thierry Jean-Pierre écrit en 1993 : "A mesure que l'Etat s'est affaibli, le pouvoir qui était à la fois sacerdoce et jouissance s'est réduit à un simple moyen d'obtenir de l'argent... Aujourd'hui, dans la logique du couple pouvoir-argent, on assiste à une inversion des valeurs. L'argent prime le pouvoir, ce qui devrait être le corollaire devient le primat." »

Et le rapport 1594 enfonce le clou: « Les procédures d'infraction au droit communautaire : fin octobre 2003, la France répondait à 135 procédures d'infraction, soit le deuxième nombre le plus élevé de l'ensemble de l'Union après l'Italie (146). La France et l'Italie totalisent 28 % des procédures d'infraction, soit plus que le Danemark, la Finlande, la Suède, le Luxembourg, le Portugal, l'Irlande et les Pays-Bas réunis. » Nous le disons tout net, la solution à ces problèmes ne passe pas par plus d'argent et de progrès matériels. La solution passe par plus d'éthique, par plus de conscience quant au bien public, par plus de lien avec la transcendance. Toutes valeurs prônées par les minorités de conviction.

La France est bien malade, nul doute possible.

La France est malade de sa structure sociale qui perpétue un système de castes. La France est malade de ses réseaux de pouvoir qui prennent le gouvernement en otage. La france est malade de sa jeunesse et de ses forces vives qui s'expatrient pour exprimer ailleurs leur créativité. La France est malade de son arrogance sectaire. Enfin la France est malade de ne pas résoudre ses vrais problèmes, mais de leurrer ses citoyens en inventant un faux problème totalement fictif, le prétendu danger sectaire.

Au moment où notre pays va entrer en campagne électorale, qui seront les hommes politiques assez courageux et honnêtes pour ne plus leurrer leurs concitoyens et dénoncer les véritables problèmes dont souffre notre pays?

A ces hommes politiques courageux et honnêtes de prendre leurs responsabilités.A nous, citoyens conscients, de les encourager et de les soutenir.

Liens: www.diploweb.com

----------------------------------------------------------------------------

Actualités septembre 2006
Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction