Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2008
www.coordiap.com
 
 
 
shim  
 

CAP Liberté de Conscience - Liberté de religion - Liberté thérapeutique

Le laboratoire Eli Lilly reconnait sa culpabilité

Article de la CCDH

janvier 2009

 

 

Le laboratoire Eli Lilly reconnait sa culpabilité pour avoir promu de façon illégale le Zyprexa, un neuroleptique supposé traiter uniquement la schizophrénie mais qu' Eli Lilly présentait mensongèrement comme utile pour les enfants et les personnes âgées. Le laboratoire a donc réalisé une transaction avec la justice américaine pour en finir avec les procès et va verser 1 milliard 420 millions de dollars, soit la plus grosse amende jamais ordonnée par un tribunal américain.

Une première mondiale et une victoire pour tous ceux qui s'inquiètent de la multiplication des prescriptions de drogues psychiatriques pour chaque problème de l'existence.

Eli Lilly est connu comme étant le fameux laboratoire pharmaceutique qui fabrique et commercialise le Prozac depuis des années.

Mais c'est pour la commercialisation du Zyprexa qu'Eli Lilly a été condamné. Le laboratoire a plaidé coupable pour "conduite criminelle" suite à une investigation criminelle et civile sur la commercialisation de la drogue psychiatrique Zyprexa.

Ce "médicament" a été reconnu comme favorisant le suicide et la violence chez les enfants.

Le tribunal a reçu les preuves que le Zyprexa causait des troubles neurologiques sévères, du diabète, des attaques cardiaques, et parfois la mort.

Eli Lilly a été condamné pour avoir organisé des campagnes de marketing pour le Zyprexa orientées vers les enfants et les personnes du troisième âge, alors que les preuves de sa toxicité étaient manifestes, et les preuves de son efficacité inexistantes.

Son utilisation était même poussée dans les écoles comme calmant pour les enfants.

Une décision de justice qui fait date et laisse à penser que tout n'est pas sans espoir face aux lobbies des drogues psychiatriques.

Article reproduit avec l'aimable autorisation de la CCDH

Source : http://ccdh.asso.fr/


Sommaire point de vue

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction